Accueil » Articles » Périphériques » Souris

Corsair Vengeance M60 : LA souris pour FPS ?

Par Vincent le 20/04/2012 à 01:32
Tags :Périphériques, Souris
Constructeur(s) :Corsair



Les tests effectués sur la souris Vengeance M60 que vous allez découvrir aujourd’hui firent ressurgir les souvenirs d’une époque où votre serviteur partait jouer des nuits entières avec ses acolytes à des jeux comme Unreal Tournament, Counter Strike, Far Cry et WarCraft. Ahh la belle époque de l’insouciance : Pas de loyer à payer car encore chez les parents, les odeurs de pizzas, tout l’argent des petits jobs passé dans un mini PC Shuttle avec processeur Athlon XP, sans oublier un certain Jeff qui n’arrêtait pas de crier « Headshot an bra aw » qui signifie « Headshot dans ton bras » en créole. J’espère qu’il a enfin compris qu’un headshot ne pouvait s’effectuer que dans la tête ... Quoi qu’il en soit, il aurait sûrement été intéressé par la Vengeance M60 qui se destine avant tout aux amateurs de FPS et en particulier aux snipers grâce à un petit bouton dédié à cet art.

Corsair Vengeance M60


Après s’être immiscé avec succès sur le marché des boîtiers, puis sur celui du son avec ses casques et kits d’enceintes, Corsair s’est attaqué en début d’année aux périphériques avec deux claviers et deux souris pour joueurs, chacun s’adressant aux fanas de FPS ou aux accros de MMO. Aujourd’hui c’est donc la Vengeance M60 qui nous intéresse, à savoir la souris FPS, puisque je dois l’admettre, je suis un peu bourrin sur les bords et tester une souris MMO ne me transcendait pas plus que ça …

La Corsair Vengeance M60 est donc livrée dans un packaging sans fioriture qui ne comprend d’ailleurs rien d’intéressant en dehors de la souris elle-même. Point de CD-ROM puisque les drivers sont à télécharger sur le site du fabricant et juste une petite paire de manuels. Heureusement, jusqu’à nouvel ordre c’est la souris que l’on branche sur le PC, et pas les bouquins livrés avec.

Vêtue d’une robe noire, la M60 est, il faut l’admettre, plutôt jolie. Elle reste sobre pour une souris gamer et fait indéniablement penser à une autre souris que nous avions déjà testé, à savoir la Cyborg RAT 7 de MadCatz. Les deux mulots reprennent en effet le même principe, la personnalisation en moins pour la Vengeance de Corsair. On retrouve donc un châssis en aluminium surmonté par différentes pièces en plastique noir. Comme sur la RAT, le design de la souris n’est pas « plein », mais aéré et laisse à certains endroits apparaître son intérieur. Les plastiques utilisés sont de qualité avec une différence de revêtement entre le dessus très lisse, et les deux côtés légèrement rugueux. On aime.

Corsair Vengeance M60
Corsair Vengeance M60
Corsair Vengeance M60
Corsair Vengeance M60
Corsair Vengeance M60
Corsair Vengeance M60
Corsair Vengeance M60
Corsair Vengeance M60


Du côté des boutons, il y en a huit programmables au total : Les classiques clics droit/gauche, la molette, deux autres juste derrière elle, les deux boutons page suivante/précédente sur la gauche, et un dernier toujours sur la gauche qui fait office de bouton « sniper » en proposant de faire chuter la résolution du capteur pour faciliter la visée. Une fois sous la M60 on a droit à son capteur laser Avago de 5700 DPI ajustable par pas de 100 DPI, à de larges patins pour favoriser la glisse et pour finir à trois emplacements où sont logés des petits poids que démonteront ceux qui aiment fragger avec plus de légerté.

Souris gamer oblige, la Vengeance M60 est un modèle filaire (connectique USB plaqué or) dont le temps de réponse peu descendre jusqu’à 1ms. De plus, ca ne voit pas dessus mais le joujou peut encaisser une accélération de 30g, supporte des déplacements rapides de 165 pouces par seconde et est même capable de détecter la qualité de la surface sur laquelle elle est posée. Tout un programme …


A l’usage



Comme indiqué tout à l’heure, le premier contact avec la M60 est bon car les plastiques sont très agréables au touché. Idem, les formes conservatrices rendent la prise en main très plaisante. Aucune partie de la souris ne gênait ma main en tout cas. Les deux boutons principaux et les deux boutons page suivante/précédente sur la gauche sont idéalement placés, ce qui n’est pas forcément le cas du bouton sniper un peu trop à l’avant à mon goût. Pour cliquer de ce côté on plie le pouce, donc on perd de l’allonge. 5 mm de plus vers l’arrière ou alors un bouton plus long aurait parfaitement fait l’affaire. A contrario, les deux boutons de gestion des DPI (trois réglages enregistrables) situés derrière la molette auraient gagné à être un positionnés un peu plus vers l’avant. De plus, la molette crantée, comme toutes les molettes de ce genre fait perdre de la fluidité dans les scrollings verticaux en navigation web par exemple, mais ce n’est pas spécialement gênant dans les jeux.

Et c’est justement dans ce domaine que la M60 montre tout son savoir faire. La glisse est aux p’tits oignons (testée sur surface souple, plastique, verre et métal), les clics sur les deux boutons principaux fournissent de bonnes sensations en étant souples et suffisamment prononcés, le capteur est précis, diaboliquement rapide et, le bouton du sniper fait des ravages une fois que son emplacement est apprivoisé. Bref, il n’y a pas grand-chose à reprocher à la M60 une fois qu’on en a pris l’habitude, si ce n’est peut être le bruit du clic de la molette, un peu élevé notamment lorsqu’on ne joue pas et que l’environnement est silencieux. Rien de méchant donc.

Les pilotes

Que serait une souris pour joueurs sans pilotes ? Tout simplement une souris incomplète. Ceux de la M60 se récupèrent sur le site du fabricant (6.5 Mo) et s’avèrent là encore plutôt réussis. Trois panneaux sont proposés :

- Le panneau d’assignation des boutons tout d’abord, grâce auquel il est possible comme l’indique son nom de programmer les boutons en leur attribuant des fonctions simples comme faire passer un clic droit sur un bouton page précédente (oui bon ok, c’est inutile mais vous voyez l’idée), ou alors des actions un peu plus complexes. On peut ainsi y programmer les macros, leur donner un nom, leur assigner un bouton, déterminer un délai entre chaque action, ou même gérer leur comportement en indiquant par exemple si les macros s’exécuteront une seule fois ou en boucle. Pour finir, un interrupteur sur ce panneau permet d’allumer ou d’éteindre une LED bleue à l’avant de la souris. Ca ne rend pas la M60 plus efficace, mais ça fait classe en soirée.

Corsair Vengeance M60
Corsair Vengeance M60
Corsair Vengeance M60


- Vient ensuite le panneau « Manage Performance » tout aussi important que le précédent puisque c’est par ce dernier qu’il est possible de régler les DPI indépendamment sur les axes X et Y. Trois définitions indiquées par des LEDs bleues sur la souris sont mémorisables et accessibles à la volée en utilisant les boutons DPI derrière la molette. Le panneau Performance donne aussi accès au réglage du polling rate et de la hauteur de décrochage du mulot, et c’est aussi ici qu’il est possible d’effectuer un test de la qualité de la surface sur laquelle est utilisée la M60.

- Ont termine avec l’onglet « Manage Profiles » dont la vocation est claire, nette et précise, on y enregistre les différents profils créés. Ils peuvent ainsi être exportés afin d’être réutilisés sur une autre machine par exemple.

Au final, les pilotes de la M60 sont complets et font ce qu’on leur demonde. On regrettera juste l’absence d’infos bulle qui auraient pu faciliter encore un peu plus leur compréhension.


Conclusion



C’est sûr, si le Jeff du début avait eu une Vengeance M60 entre les mains, des headshots il en aurait cumulé des tonnes. La souris Corsair, sans être totalement parfaite rentre directement dans la cours des grands grâce à son design, sa qualité de fabrication, la sensation de glisse qu’elle procure, sa précision et sa rapidité. Son panneau de contrôle n’est pas en reste et son tarif inférieur à 60€ (on la trouve à partir de 53€ sur notre comparateur de prix) nous paraît tout à fait raisonnable au regard des prestations proposées. A choisir entre la M60 et la RAT 7 qui était une de nos souris préférées sur Revioo, nous opterions pour le modèle Corsair qui, sans offrir les possibilités de personnalisation de la souris MadCatz, devrait malgré tout convenir à un peu plus de joueurs grâce à son layout plus traditionnel. En tout cas, moi je l’adopte !

Corsair Vengeance M60

award gold revioo





Le blabla des lecteurs


Commenter anonymementCREER UN COMPTES'IDENTIFIER
Votre commentaire :



PRODUITS POPULAIRES



S'abonner aux flux RSSSuivre l'actualité hi-tech sur facebookSuivre l'actualité hi-tech sur TwitterVidéo hi-tech sur youtube
A propos | Flux RSS |Nous contacter | Plan du site |Partenariats |Conditions d'utilisation | Photos
Copyright © 2000-2012 Revioo Group SARL - Revioo.com, tous droits réservés