Accueil » Articles » Mobilité » Ordinateur portable

Test : HP Envy 6 1151sf, un ultrabook AMD Inside à moins de 530 euros

Par Vincent le 25/01/2013 à 10:34
Tags :Mobilité, Ordinateur portable
Constructeur(s) :HP



Lorsque l'on parle de PC portables fins et légers, on pense forcément au Macbook Air d'Apple et aux ultrabooks d'Intel. AMD quant à lui est souvent oublié alors que la marque nous annonce depuis de longs mois que ses APU (puces intégrants à la fois un processeur et une puce graphique) sont de parfaites solutions pour les ultrabooks, ou plutôt pour les ultrathins, nom trouvé par le fabricant pour répondre à l'ultrabook, une appellation réservée aux PC Intel Inside. Force est cependant de constater que si les APU sont souvent présents dans des petites machines à bas prix, ils le sont rarement dans des machines plus haut de gamme et lorsqu'ils le sont, les fabricants se contentent de reprendre leurs châssis d'ultrabooks et de remplacer les composants Intel par de l'AMD. C'est exactement ce qu'à fait HP avec son Envy 6 1151sf, une machine déjà disponible en Intel Core, mais qui s'offre désormais les services d'un AMD A8-4555M. Grâce à cet APU, l'Envy 6 tombe sous la barre des 530 euros, mais ses prestations sont elles à la hauteur de ce que l'on en en droit attendre d'un ultrabook/ultrathin ? C'est ce que nous allons découvrir dans ce test.

HP Envy 6 1151sf



Belle bête



Lorsqu'on parle d'ultra mobilité pour un PC portable, on pense souvent à des machines de 11 ou 13 pouces. Pourtant, les fabricants s'amusent depuis le lancement des ultrabooks à mettre au point des machines de 15 pouces relativement fines et légères. Pour notre Envy 6 1151sf, c'est aussi le cas car le PC arbore une dalle de 15,6 pouces et ne dépasse pas les 2 cm d'épaisseur avec un poids de 2,15 Kg. On est loin d'un XPS 13 ou d'un Taichi, mais pour du 15,6 pouces, c'est très bien. Ce qui est tout aussi bien, c'est le design du bestiau. L'Envy 6 est beau, vraiment beau et nous ferait presqu'oublier qu'à une époque HP ne jurait que par des revêtements totalement brillants. Ici, on se retrouve avec un clapet en aluminium brossé et une coque inférieur rouge au revêtement soft touch très agréable au touché. Mieux, la finition est exemplaire et seules les traces de doigts viennent un peu ternir le tableau.

A l'intérieur, c'est pas mal non plus. La plaque autour du clavier reprend l'alu brossé du capot, les contours de l'écran sont brillants et le touchpad est encadré par un petit liseret argenté qui renforce encore le look. Dommage une nouvelle fois que les traces de doigts soient si rapidement visibles.

On peut sinon apercevoir sous l'écran l'emplacement des enceintes, un petit logo Beats et bien évidemment le clavier de type chiclet non rétro éclairé.

HP Envy 6 1151sf


Comme ses contours, l'écran qui offre une tristounette définition de 1366 x 768 pixels est friand de traces de doigts à cause de son revêtement brillant. Ce qui est beaucoup moins brillant en revanche, c'est son comportement. La qualité de la dalle est en effet plus que critiquable car elle offre un mauvais rendu des couleurs sans calibration, une luminosité insuffisante (176 cd/m2), un contraste déplorable (300:1) et ses trames sont beaucoup trop apparentes. Ca fait mal aux yeux, surtout que l'Envy 6 s'est retrouvé dans le labo en même temps que le Taichi et ses deux écrans IPS. Vous l'aurez compris, la dalle n'est clairement pas le point fort de ce laptop.

HP Envy 6 1151sf


Le clavier lui, est beaucoup plus agréable. Les touches sont suffisamment grandes, bien espacées et la sensation de frappe est excellente. On regrettera par contre les flèches directionnelles trop petites (haut et bas), le fait qu'il faille passer par la touche Fn pour profiter des touches de fonctions (F1, F2 ...), ou encore que le fabricant n'ait pas profité de l'espace disponible de part et d'autre du clavier pour en proposer un plus grand et/ou pour insérer un pavé numérique. Le touchpad lui, est grand et réactif pour une utilisation de base, comme pour l'usage des raccourcis multi touch. Son revêtement en relief ne plaira par contre pas à tout le monde.

HP Envy 6 1151sf


Sur le flanc droit de l'Envy 6, on peut voir un connecteur Kensington, des prises jacks distinctes pour micro et casque, une prise USB 2.0 et la fiche d'alimentation.

HP Envy 6 1151sf


Sur la gauche, une vraie fiche RJ45, une vraie sortie HDMI, deux ports USB 3.0 et un lecteur de cartes.

HP Envy 6 1151sf


Sous le portable une coque rouge douce au touché, quatre pads anti dérapant, des ouvertures pour l'aération mais pas de trappe pour accéder au disque dur ou à la RAM. Il faudra donc démonter l'intégralité du capot pour remplacer le disque dur par un SSD, ou encore upgrader la RAM (deux emplacements disponibles).

HP Envy 6 1151sf



Performances et multimédia



Le HP Envy 6-1151sf est muni d'un APU AMD A8-4555M membre de la famille Trinity. Cette génération d'APU succède au Llano en intégrant des coeurs Pildriver, c'est à dire des versions améliorées de Bulldozer. Dans le 4555M, il y a quatre coeurs (deux modules) dont la fréquence peut osciller entre 1,6 et 2,4 GHz, mais aussi une puce graphique HD 7600G compatible DX11 avec 384 cores. En pratique, comme la majorité des CPU actuels, l'A8-4555M est parfaitement adapté à un usage bureautique et multimédia. Word, Excel, surfer, regarder un film en Full HD en passant par la prise HDMI du PC, sont des choses que vous pourrez faire sans craindre de ralentissements. Ne vous attendez en revanche pas à la réactivité d'un PC portable avec SSD, l'Envy 6 dispose d'un disque dur et par conséquent le temps de démarrage et les transferts sont forcément moins rapides. De plus, les performances CPU ne sont clairement pas comparables à celles des processeurs Core d'Intel. Pour vous donner une idée, le rendu d'une scène sous Blender prend deux fois plus de temps sur l'A8-4555M que sur le Core i5-3517U du Taichi, idem pour une compression MP3. En gros, si vous comptez effectuer de la compression, voire du montage vidéo, préférez une solution Intel ou alors orientez vous vers une application qui saura tirer partie de la puce graphique HD 7600G.

C'est comme prévu cette puce qui fait tout l'intérêt de l'APU, AMD ayant encore aujourd'hui une belle longueur d'avance sur son concurrent Intel dans ce domaine. En gaming, malgré la faiblesse de la partie CPU, notre A8-4555M obtient 46,24 fps dans FarCry 2 (détails au minimum) contre 24,25 fps pour le Core i7-3517U du Taichi, alors que dans Dirt 2 on tourne à 25,1 fps chez AMD pour 17,7 fps chez Intel. Si vous souhaitez jouer un peu, il n'y a pas photo, l'APU et sa puce Radeon est préférable au Core i5 avec sa puce HD 4000.

Un petit mot maintenant sur la webcam et la qualité sonore du joujou. Côté webcam, circulez il n'y a rien de bien particulier à souligner. La qualité n'est ni au dessus, ni en deçà de ce qu'on a l'habitude de voir sur ordinateur portable. Pour la partie audio, Beats oblige, on aurait pu s'attendre à un son de bonne qualité, mais s'il est meilleur que sur un laptop d'entrée de gamme, il est loin d'être bon. La partie audio Bang & Olufsen du Taichi est bien au dessus !


Autonomie et nuisances



Commençons par le dégagement calorifique. Après 45mn de stress test, l'A8-4555M grimpait à 60 degrés, une température raisonnable qui permit au PC de ne pas dégager de chaleur excessive à l'extérieur du châssis tout en restant très silencieux. On aime.

Pour ce qui est de l'autonomie, avec le test qui consiste à faire tourner un film en boucle avec la luminosité à 50% et le WiFi activé, l'Envy 6 a tenu 4h45, ce qui semble tout à fait raisonnable pour une machine en 15,6 pouces même si j'aurais préféré dépasser les 5h.


Conclusion



Agréable à l'oeil, bien fini, silencieux et muni de performances homogènes grâce à la puce HD 7600G de son APU AMD A8-4555M, l'Envy 6-1151sf est un PC portable plus que correct. Vous pourrez l'utiliser pour travailler, surfer et même pour jouer occasionnellement, un luxe qui n'est pas forcément possible sur des ultrabooks beaucoup plus onéreux. Son gros défaut n'est clairement pas son APU ou même sa partie audio Beats qui n'apporte rien de spécial, mais plutôt son écran qui n'arrive pas à la cheville de la qualité du châssis. Le contraste est mauvais, la luminosité n'est pas mieux et ce ne sont pas les pauvres angles de vision qui rattraperont l'ensemble.

A l'heure où j'écris ces lignes, l'Envy 6-1151sf se négocie à 500 euros avec une souris offerte alors qu'il est habituellement vendu à environ 530 euros. Un montant attractif pour un ultrabook/ultrathin qui pourrait presque nous faire oublier la qualité médiocre de sa dalle.

HP Envy 6 1151sf





Le blabla des lecteurs

tourist009 à 11:08 le 25/01/2013
1366 x 768 sur un 15" c'est criminel, sinon à ce prix j'ai rien d'autre à dire
djoudjou à 11:43 le 25/01/2013
Ils vont comprendre à un moment les constructeur qu'il est temps de faire un effort sur les dalles de leurs portables si ils veulent en vendre...
embar_go à 00:17 le 26/01/2013
En même temps un portable ça sert vraiment à rien, ça coûte la peau des cou^lles, c'est peu performant, c'est lourd, peu d'autonomie ect...
tourist009 à 10:30 le 26/01/2013
Oui mais ça rentre dans un sac à dos^^
Beaucoup de personnes ont un besoin de mobilité et la tour ne correspond pas tellement^^
Anonyme à 18:18 le 17/10/2013
ecran tres fragile, casser au bout de 6 mois...produit a éviter

Commenter anonymementCREER UN COMPTES'IDENTIFIER
Votre commentaire :



PRODUITS POPULAIRES



S'abonner aux flux RSSSuivre l'actualité hi-tech sur facebookSuivre l'actualité hi-tech sur TwitterVidéo hi-tech sur youtube
A propos | Flux RSS |Nous contacter | Plan du site |Partenariats |Conditions d'utilisation | Photos
Copyright © 2000-2012 Revioo Group SARL - Revioo.com, tous droits réservés