Accueil » News » Business » Business Informatique

Richard Stallman ne décolère pas contre les livres numériques



Richard Stallman
Récemment auteur d’un texte dans lequel il expose ses opinions face aux livres numériques, Richard Stallman, instigateur du projet GNU et l’un des piliers de l’open source, exprime ouvertement son pessimisme quant à l’avenir de ce format et met en garde contre les dangers qu’il représente selon lui.

C’est Amazon qui en prend particulièrement pour son grade, mais tous les constructeurs et développeurs d'eBooks sont toutefois, selon lui, logés à la même enseigne. Il met en effet en avant les différences entre les livres sur support papier et les livres électroniques en tentant de démontrer qu’en achetant une œuvre numérique on n’en sera jamais le propriétaire.

Ainsi sur un livre au format traditionnel vous pouvez prêter, conserver, et même photocopier sous certaines conditions votre ouvrage. Dans le cas d’une œuvre acquise par le biais d’un market et consultable numériquement le livre ne vous appartiendrait jamais.
Pour reprendre les arguments de Stallman dans le cas d’un eBook vous devez pour commencer vous identifier pour en faire l’acquisition, autrement dis vous devenez identifiable par vos lectures, vous pouvez sous certaines conditions prêter un ouvrage, mais dans une durée limitée dans le temps (que vous ne déterminez pas), et uniquement à une personne qui acceptera également de s’identifier.
Second point abordé, l’impossibilité de copier le contenu dont vous vous êtes porté acquéreur, la seule possibilité pour vous est de le visionner dans le cadre strict de la tablette prévue à cet effet.
Enfin dernier point, et pas des moindres, le droit pour Amazon de vous retirer à n’importe quel moment un livre que vous auriez acheté. Stallman rappel qu’en 2009 plusieurs centaines de volumes de 1984 d’Orwell avaient été supprimés de manière arbitraire.

Amazon Kindle Fire


Derrière ces arguments se trouvent bien sûr un homme engagé qui passa la quasi-totalité de sa vie à lutter contre les mesures techniques de protection (DRM), et qui s’employa à rendre l’informatique libre.
Si l’on prend le temps de passer outre les opinions engagées du personnage, il n’en reste pas moins qu’un grand nombre de ses arguments ont de quoi interpeller, en particulier le fait de ne pas être usufruitier des biens dont on fait l’acquisition. Il est évident que les droits d’auteurs entrent en compte, mais cela n’explique pas l’exclusivité de telle ou telle plateforme pour pouvoir accéder à notre contenue. Imaginez simplement que changer de lecteur peut signifier perdre l’accès à tous les livres préalablement achetés.

Comme toujours, les paroles sont engagées, les mots sont durs, mais il y a vraisemblablement du vrai dans les dires de Richard Stallman.

 
Vu sur : Numerama
MagasinsPrixPortsDisponibilité 

Le blabla des lecteurs

Anonyme à 09:57 le 24/01/2012
Imaginons simplement que la société ayant vendu ces livres DRMisés fasse faillite ou simplement qu'elle retire ses serveurs de licence à cause de ventes décevantes(M$?), ou que les anciennes liseuses/format/licences ne soient plus supportées. Impossible de lire les livres.

Il faut se dire que la plupart des achats numériques sont de la LOCATION et non une acquisition. Evidemment quand le prix est le même ça passe mal.
Anonyme à 13:03 le 24/01/2012
Il serait quand même important de rappeler que les histoires d’achats de publications ou œuvres liés à certains appareils ou magasins en ligne ne sont en rien une fatalité, qu’autre chose serait possible, et qu’il ne s’agit même pas d’histoire de formats(--cf web--), mais
avant tout de structure entre acteurs et du besoin d’une nouvelle fonction, un peu plus développé ci dessous :
http://iiscn.wordpress.com/2011/05/15/concepts-economie-numerique-draft/
Laisser deux ou trois monstres à approche « verticale » phagocyter le marché du contenu légal et payant quand quasiment TOUT est là pour qu’il en soit autrement et tout simplement ridicule.
Approche «verticale» (contenu lié à machine, fabriquant de machines, magasins en ligne, les deux ou autres), c’est à dire approche consistant à lier contenu et tuyaux (ou infrastructure technique en général terminaux y compris) qui était déjà celle d’un J2M par exemple. Avec tout ce que cela veut dire en termes de positions dominantes (propres règles de censure(apple), pourcentages obligés vis à vis des créateurs/éditeurs(apple, amazon), gg se positionnant sur le contenu payant et commencant à retirer les liens MU et autres des résultats de recherche, compte facebook obligatoire pour service spotify, etc, etc).

Et ne pas oublier que derrière tout cela il y aussi la bataille rangée autour de l'identité sur le net (utilisation compte facebook twitter g+ etc pour se loguer sur quasi tous les sites), et peut-être pourrait-t-on rappeler à ce sujet que le fait que cela se limite à deux ou trois monstres (prônant en plus le non anonymat et vente données personnelles) n'est en rien une fatalité :

http://iiscn.wordpress.com/2011/06/29/idenum-une-mauvaise-idee/

Quant à l’histoire Megaupload, peut-être cela calmera un peu les légendes "internet c'est pas centralisé etc", voir même pourquoi pas on peut toujours rêver, calmera aussi le viol ou détournement du terme virtuel depuis les mid nineties ...
http://iiscn.wordpress.com/2011/05/15/piratage-hadopi-etc/
tourist009 à 13:18 le 24/01/2012
Très intéressant (news et commentaires) merci
Anonyme à 13:36 le 24/01/2012
Un livre numérique sans DRM et au format ePub est lisible partout et peut être transféré librement d'une liseuse à une autre. Les outils pour retirer les DRMs ne manquent pas et certaines plateformes proposent des fichiers ePub sans DRM.
ShinJ à 14:16 le 24/01/2012
Bien sur les alternatives existent et existeront toujours, le problème, comme leurs noms l'indiquent, se sont des alternatives...
Anonyme à 14:38 le 24/01/2012
... ou comment limiter l'acces a la majorite de personne ! Quid des gens qui n'ont pas les moyens de s'acheter une liseuse ? Qui des problemes evoques ci-dessus ? Qui des bibliotheques ? Va-t-on bruler tous les livres ? Que deviendra la culture sans cet amalgamme de plastique/vert/alu et autres composants tous autant pollueurs que couteux pour la planete ? Ne risque-t-on pas de voir les memes ecueils du passage a la video "HD", des ecrans plats "Full HD", "HD Ready" ? N'est-ce pas une foix de plus l'occasion de traiter le consommateur comme une vache a lait ?.....
Anonyme à 18:52 le 24/01/2012
"Enfin dernier point, et pas des moindres, le droit pour Amazon de vous retirer à n’importe quel moment un livre que vous auriez acheté."

Autant dire que je n'acheterai jamais aucun ebook chez Amazon (que j'aime bien par ailleurs). Il y a des bornes à ne pas depasser et pour nous des choses que nous devons refuser. Ou alors...tant pis pour nous, on aura bien mérité notre sort finalement !
Anonyme à 20:19 le 24/01/2012
Perso, ça ne me dérange pas si le prix est en conséquence de l'usage possible. Je ne parle pas de la liseuse, car à partir de 100€ on a déjà quelque chose, et à ce prix là ça va bientôt devenir difficile d'acheter une dizaine de "poches" si jamais ils sont un peu épais. Je parle bien du prix des livres électroniques (DRM ou pas).

Ca serait un abonnement par mois, un spotify/deezer du livre, cela serait "presque" comme une bibliothèque sans le problème d'indispo d'un volume. Mais non, voilà, en France, et uniquement en France à ma connaissance, les éditeurs ont décidé qu'un livre numérique serait quasi au même prix que le papier, avec pour seuls avantages du poids et de l'encombrement en moins (les inconvénients sont cités plus haut).

Il paraît que la culture française, et francophone, va mal. Si on la diffusait au lieu de la garder dans des coffre ?

Anonyme à 10:03 le 25/01/2012
Les éditeurs sont en train de faire la même erreur que les majors musicales... Au contraire, ils devraient s'en servir pour ne pas scléroser, une fois de plus, le marché. Leur attitude va pousser les consommateurs à pirater le livre...
OK pour le livre électronique, mais deux problèmes subsitent à mes yeux (en plus de ceux évoqués ci-dessus) :
- le livre électronique est-il adapté aux personnes agées ?...
- qui songerait à voler un livre en papier ? Alors qu'une liseuse dans un métro ou dans la rue... c'est plus tentant !

Petite remarque qui concerne le commentaire ci-dessus : OK pour le prix d'une liseuse "abordable" a 100 euros. Mais comme il le fait judicieusement remarquer, le prix du livre électronique sera équivalent à celui du papier. Mais pour le cas du livre électronique, il ne faut pas oublier l'investissement de la liseuse au préalable, qui vient se rajouter au prix d'usage. D'où un prix de revient bien plus long à amortir pour un livre électronique face à un livre papier... sans parler du coût de réinvestissement d'une liseuse en cas de casse, vol ou problèmes techniques...
Anonyme à 12:35 le 30/01/2012
Pour les personnes agées cela peut être intéressant (si l'écran est plus qu'un 6 pouces) car les fonctions de zoom sont très intéressantes et les écrans ne fatiguent pas les yeux...
Anonyme à 15:56 le 30/01/2012
Dommage qu'une expression full formation PQR dans le titre vienne décrédibiliser le contenu de l'article.
Anonyme à 23:47 le 30/01/2012
J'ai acheté une liseuse. Certe elle n'est pas libre à ma grande honte. Toutefois, même sans l'avoir "rootée" je peux aller sur un site genre .ebooksgratuits.com/ et quand je clique sur un fichier epub, ça me le télécharge. Pour l'instant les seuls livres que j'ai achetés sont sans DRM au format epub ou pdf, et je ne suis pas sûr que leur sujet et leur licence Common Creative soit au goût de la FNAC. Je doit avoir 2 ou 3 trucs plus avec des droits d'auteurs plus classiques, mais toujours sans DRM.

Moi je ne décolère pas contre la loi qui vient d'être voté pour laisser aux éditeurs qui n'ont pas respecté leurs obligations de s'approprier le patrimoine du 20eme siècle en spoliant le public et les auteurs, parce que là du coup c'est du piratage ! Même si c'est "légal" (il y a une loi) c'est du grand banditisme.

Vive la Ploutocratie Française. On est dans un monde corrompu jusqu'à la moœlle.
Anonyme à 11:47 le 01/02/2012
Faut arrêter de tergiverser sur la manière de dire du personnage, il a raison un point c'est tout ! Certes ça fait mal à de nombreux adorateurs de la technologie, mais c'est la simple, pure et dure vérité.
Anonyme à 12:40 le 07/02/2012
Stallman "un des piliers de l’open source"? s'il voyait ça il serait furieux .

Son dada c'est le logiciel libre, pas l'open-source.
Anonyme à 02:26 le 30/03/2012
Je pratique l'athle9tisme dipues 10 ans et j'e9tais entraineur jusqu'e0 il y a deux semaines.Pour ce qui est du rugby, je pense que les critiques ont beaucoup joue9 dans la motivation des rugbymans.Il fallait qu'ils montrent ce qu'ils vallent vraiment, qui ils sont donc c'est avec une grande force mentale qu'ils ont aborde9 ce match Quand j'avais des athle9tes qui stressaient dans les compe9titions je leur faisais utiliser sans le savoir des affirmations positives, en leur posant des questions simples (apre9s leur avoir de9montre9 qu'il n'y avait pas de quoi stresser) du genre tu vas te laisser faire comme un nul ou tu vas te battre et tout faire pour gagner ?Et automatiquement voici se qui se passait dans leur teate : abje suis pas un nul, je vais me battre et tout faire pour gagnerbbApre9s une se9rie de questions simples pour provoquer des affirmations positives chez mes athle9tes j'obtenais d'eux une motivation total jusqu'au de9part de leurs courses !Tout e7a pour dire que je pense que les critiques ont automatiquement provoque9 ce genre de re9actions chez les rugbymans et le coach (staff) a du insister le0-dessus Je pensais re9ellement qu'ils allaient gagner la coupe dipues leur dernie9re de9faite, car apre9s tout ce qui s'est dit sur eux il ne pouvait y avoir plus motive9 qu'eux !Et pour finir que ce soit dans le sport ou dans la vie de tous les jours, ce qui fait que l'on re9ussisse quelque chose ou pas c'est L'ETAT D'ESPRIT !(dans lequel on aborde les choses)

Commenter anonymementCREER UN COMPTES'IDENTIFIER
Votre commentaire :





ARTICLES RELATIFS

SOCIAL






S'abonner aux flux RSSSuivre l'actualité hi-tech sur facebookSuivre l'actualité hi-tech sur TwitterVidéo hi-tech sur youtube
A propos | Flux RSS |Nous contacter | Plan du site |Partenariats |Conditions d'utilisation | Photos
Copyright © 2000-2012 Revioo Group SARL - Revioo.com, tous droits réservés